La commune de Poil s'étend au sud du Mont Beuvray. La rivière dite "la Braconne", issue de la Fontaine St Martin du Beuvray et la RD981 forment limite entre Nièvre et Saône-et-Loire, autrefois entre Nivernais et Bourgogne.BOURG

Si la paroisse est très ancienne, la commune est de formation récente. Poil a été définitivement érigée en commune en 1860, par détachement de la commune voisine de Larochemillay.

L'antiquité gallo-romaine a laissé de nombreuses traces sur le territoire de Poil. Au nord-ouest de la commune, au pied même du Beuvray, une petite agglomération, villa ou vicus, s'étendait autour des lieux dits Montchenis, le Quart du Bois, le Carzot, Montantaume.
Dès le XIXe siècle, on notait la présence de tuiles, céramiques, marbres, fragments de colonnes, hypocaustes. Des sondages opérés en 1985-86 ont permis de préciser la présence d'un riche habitat avec thermes et d'une exploitation métallurgique, dont le mobilier permet de dater l'occupation à une date voisine de l'abandon de Bibracte. Une motte médiévale fut ensuite installée à proximité du site, à Montantaume, le long du chemin allant de la Courbette, sur la D192, à Pierrefitte. On en voit encore l'emprise et les fossés, à côté de la ferme actuelle.

A l'autre extrémité de la commune, au sud-est, en bordure nord (250 mètres) de la RD981, on aperçoit une autre motte, au lieu-dit Lagué (autrefois la Guette). C'est une butte tronconique, faisant environ 40 mètres de diamètre à la base, 20 mètres au sommet et 10 à 12 mètres de hauteur, actuellement couverte d'arbres et d'arbustes.     Elle a été considérée à tort par les archéologues du XIXe siècle comme un tumulus. L'importante voie romaine d'Autun à Decize passait à proximité.

Des fouilles ont permis de découvrir dans ses flancs de nombreuses monnaies romaines du IVe siècle, et à 200 mètres un four souterrain construit en moellons. Enfin, quatre stèles funéraires gallo-romaines ont été sorties de terre près du hameau de Corcelles, le long de la petite route de Poil à St Léger-sous-Beuvray par Concley. La propriétaire les a remises au musée lapidaire d'Autun.
.