L'église Saint Romain dans la Commune de Poil

L'église Saint-Romain a été construite au début du XIIe siècle. De cette époque demeurent l'abside, le chœur et le clocher. Les deux chapelles latérales sont du XVIe siècle et la nef a été reconstruite au cours du XIXe siècle.
La nef comporte cinq travées. Elle est formée d'une partie centrale et de deux bas-côtés séparés par des colonnes en granit, avec fausses voûtes en berceau plein cintre. Le chœur est constitué d'une travée rectiligne sous clocher flanquée de deux chapelles formant transept. Il est suivi d'une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four.l'église de Poil

La tour carrée du clocher est éclairée, à l'étage des cloches, par des baies géminées en plein cintre, séparées par des colonnettes à chapiteaux décorés, sur les faces nord, est et sud. Côté ouest, une seule baie domine l'arête du toit de la nef. La toiture du clocher vient d'être recouverte d'esseaunes (tuiles de châtaignier). Les deux chapelles du transept étaient des chapelles seigneuriales ; celle du côté nord est voûtée d'ogives ; celle du sud, un peu plus petite, est plafonnée et utilisée comme sacristie.

Cette église a conservé tout son décor intérieur préconciliaire, peintures murales du chœur, de l'abside, des chapelles, des arcades XIXe siècle, ainsi que le mobilier: vases, bougeoirs, lustres et statuaire sulpicienne. Le cimetière qui entourait l'église a été relevé et nettoyé sauf quelques tombes de personnalités locales.

Pour en savoir plus

L'église Saint-Romain de Poil

 

De l’église romane du XIIe siècle ne subsistent que l’abside, le chœur et le clocher. Le reste de l’édifice a fait l’objet de multiples étapes de construction : les chapelles latérales sont édifiée au XVIe siècle – celle de gauche est de style gothique. Puis elle est vendue à M. de Rivière comme bien national pendant la Révolution.


La nef est alors remaniée et agrandie en 1863, tandis que des bas-côtés sont créés en même temps que la voûte en plâtre. Mis sous séquestre en 1906, à la suite de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’édifice est finalement restitué en 1908 aux héritiers de M. de Rivière. En 1981, l’église est cédée à la commune pour 1 franc symbolique par l’association diocésaine. 

Eglise orientée de plan en croix latine à abside circulaire avec clocher dans-œuvre. Nef de cinq travées flanquée de deux bas-côtés ; chœur constitué d’une abside précédée d’une travée rectiligne sous clocher flanquée de deux chapelle formant faux-transept. Fausses-voûtes en berceau plein-cintre sur la nef et les bas-côtés (lattis plâtré) ; chœur couvert, sur l’abside ; d’une voûte en cul de four et, sur la travée rectiligne, d’une coupole ovale sur trompes ; voûte d’ogives sur la chapelle gauche ; chapelle droite couverte d’un plafond qui fut sans doute mis en place lorsqu’elle fut transformée en sacristie.

Clocher éclairé sur la face ouest, à l’étage des cloches, par une simple baie en plein-cintre, très étroite, et sur les autres faces, par des bales jumelées en plein-cintre séparées par une colonne à chapiteau feuillage ou décoré d’entrelacs.

De l’église primitive, construite au XIIe siècle, ne subsistent plus que le chœur et le clocher. Les chapelles latérales furent construites au XVIe siècle : il s’agissait d’après Baudiau, de chapelles seigneuriales ; celle de droite serait couverte, aux dires de G. de Soultrait, d’une voûte « d’ogives prismatiques d’un dessin compliqué ». La nef actuelle date du XIXe siècle : sa reconstruction, en deux campagnes, donna lieu à un abondant courrier, en raison des contestations dont elle fut l’objet.